Désespérés

Publié le par houda zekri

Désespérés

 

 

Désespérés d’espérer

Ils n’aspirent qu’à périr

D’une mort soudaine, s’anéantir

 

A coups de griffes

A coups de dents

 

Par rasades

Par rafales

Par petits bouts

Par moments

 

A tout instant,

Se cribler de mots

Se jeter à corps perdus

 

A bras ouverts

A cœurs fermés

Dans l’enfer des vivants

 

Désespérés, ils se fardent à outrance

Ils ricanent

S’offrent des ballots

                Des errances

Souffrent et font sonner leurs verres

Ils jouent à être heureux

Se congratulent,

Fêtent leurs dents tombées,

Leurs têtes chauves

Et leurs veines trouées

Leur parfum et pauvre

Il sent l’alcool et la sueur rance

Ils se lèvent,

            Ils trébuchent

                        Et chantent un air démodé

 

Désespérée, elle revêt une robe de mariée

Fredonne,

            Pivote,

                        Et finit par s’affaler

Personne ne la relève

Tous sont pressés

Elle titube,

            Succombe

                        Rampe,

                                   Cherche sa dignité

 

Mariage-Mirage

Dans un wagon de banlieue

Passagers fermés

Destin scellé

Vies celées

 

Désespérés, ils vident une bouteille

Se vident,

S’entassent sur les quais

Attendent enlacés,

                 Coupés

A tout instant,

     Proches

     Lointains

Ils se jettent,

Dévalent les marches de la vie,

Quittent le désespoir

Pour la Mort

 

Sur le quai, gît une robe blanche,

De mariée trop fardée...

 

Houda ZEKRI

Le 14 juin 2008

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article