Cataclysme

Publié le par houda zekri

Cataclysme

 

Pas une goutte ne tombera des Cieux

La terre, aride, ressemblera à vos cœurs

 

Toi source, tu seras tarie,

Toi enfant, tu seras sevré ;

J’ai asséché tous les seins du monde

 

Peut-être que tes pleurs atterriront sur le sol

Mais rien ne poussera

 

Plus une étincelle n’éclairera vos nuits, vos jours

Le soir obscur sera comme le jour

 

Toi soleil, tu mourras dans le ventre creux de l’horizon

Toi le Dieu, l’Eternel, tu seras abandonné

J’ai détruit tous les rois, tous les empires

Sur l’Univers, seule, je régnerai

Sans couronne, sans corps pour posséder

Sans mains pour attraper la vie

 

Dans un cadre argenté, j’emprisonnerai ;

Ton visage et ton amertume

Je te garderai en souvenir du monde passé

 

Plus rien n’est comme avant,

Tu vois, j’ai grandi parmi les autres

Des feuilles sont poussées sur mes seins

Des bourgeons sont sortis de ma bouche

Je suis sans tronc, sans tige

Déracinée, je continue à vivre

Tu Vois, la fleur est morte

Dans son eau de jadis,

Sur une table posée, elle a mûri

Je suis mûre, une mûre originelle

Prête à être cueillie, noire,

 

Plus rien ne te retient,

Jette l’ancre et pars !

Les mats sont déchirés

Il n’ y a pas de Sirène et pas de Cire

 

 

 

 

 

Tu peux atterrir sur cette terre

Tu peux découvrir mon corps,

Celui que j’ai rendu invisible….

 

Oh !! Plus jamais je ne me retournerai

Je ne voudrai pas être statue !!

 

 

Le 24/03/99 ZEKRI Houda

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article